Bibliothèque Aristotélicienne Universelle - Royaumes Renaissants

Site de la Grande Bibliothèque Aristotélicienne - Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RomeRome  

Partagez | 
 

 Saint Olcovidius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minus Mailhes
Stavkanoviste
Stavkanoviste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 75
Age : 35
Paroisse : Ici où là...
Profession : bonne question... j'fais un peu de maïs...
Poste à la Bibliomélie : Euh...
Date d'inscription : 10/09/2006

Feuille de personnage
Intelligence:
0/0  (0/0)
Etat du Personnage:

MessageSujet: Saint Olcovidius   Lun 4 Déc 2006 - 22:22

Lodovicus a écrit:
Hagiographie de Saint Olcovidius (106-138)

Saint et martyre

Une enfance très pieuse.

Olcovidius est né dans une famille romaine aristotélicienne. Il a donc été très tôt élevé dans la foi. Son père, un dénommé Lucius, s’était converti à l’âge de vingt ans sous l’impulsion de sa future épouse Camélia. Il fut leur seul enfant. Ce n’était certes pas une famille bien riche que la leur, mais ils avaient de quoi vivre correctement et avaient le statut de citoyen romain. Ils habitaient à Rome mais lorsque le jeune Olcovidius eût six ans, la persécution menée par l’Empereur les força à se réfugier à Ostie, à quelques lieux. Là Olcovidius grandit et sa foi avec lui grâce aux visites, presques journalières, qu’il rendait au diacre Falco qui lui enseigna la sagesse d’Aristote et les actions empreintes de sainteté de Christos.

Un adolescent doué pour les arts, rêvant de consacrer sa vie entière à l’amour de Dieu.

Ses parents, voulant lui ouvrir l’esprit, lui donnèrent à lire Sénèque ou Ovide ainsi qu’Aristote et Platon, ce qui lui mit certaines idées en confusion pendant un moment, mais certaines idées finirent finalement par prendre le dessus sur les autres, il fut aussi sensibilisé à la peinture et à la musique où il montra un talent particulier dans son instrument : la harpe, qui resta jusqu’au bout sa principale distraction. Car dés l’âge de quinze ans, il consacra de plus en plus de temps à la prière, se mettant même à en écrire dont la plus célèbre reste le Credo de l’Eglise Aristotélicienne composé à dix-sept ans en 123. C’est également à cet âge qu’il annonça sa vocation à ses parents : son désire de vouer sa vie à Dieu et à enseigner son amour aux païens. Il décida également, au grand désarrois de ses parents qui n’auraient pas de descendance, vouloir rester célibataire afin de n’appartenir qu’à Dieu et ne pas avoir d’attaches terrestres car il savait déjà que sa mission, le conduirait à la souffrance et à la mort dans la fleur de l’âge.

Sa vie d’homme : un diacre au service des humbles, un prêcheur de la foi jusqu’au martyr.

Lorsqu’il eut vingt et un ans, le diacre Falco mourut d’une maladie qu’aucun médecin n’aurait pu soigner :l’usure, la fatigue à force d’essayer de convaincre les impies de changer leur vie et de fuir leurs persécutions. Le jeune homme resta à ses côté jusqu’à la fin et recueilli ses dernières paroles : « Mon Fils, mon Ami, pardonne aux hommes. Quoiqu’ils te fassent à cause de ta foi, pardonne leur encore et encore… ».
Lors de l’enterrement du vieil homme dans les catacombes, l’évêque de Rome d’alors demanda à la communauté des croyants qui ils voulaient comme nouveau berger. Ceux-ci acclamèrent Olcovidius à l’unanimité et l’évêque, heureux de ce choix, l’ordonna aussitôt.
Par la suite, Olcovidius continua à écrire des psaumes mais il écrivit aussi des textes plus polémiques contre ceux qui persécutaient les aristotéliciens, contre ceux qui refusaient d’ouvrir leur cœur à la vraie foi mais également contre ceux qui vivaient égoïstement leur foi en croyant être sauvé parce qu’ils avaient reçu le baptême. Mais toujours dans ses écrits, il exhortait Dieu et ses frères à la miséricorde pour les pécheurs. Dieu parce qu’il avait créé les hommes trop imparfait pour être dignes de Lui et à ses frères, parce qu’ « il faut regarder la poutre dans son œil avant la brindille dans l’œil de son voisin ».

Le jeune diacre, lui, voulait montrer l’exemple à ses ouailles. Il vivait donc humblement, ne se nourrissant que deux fois par jour et jeûnant le dimanche. Il n’était pas riche, mais sa porte était toujours ouverte aux vagabonds rejetés de la Ville ou aux malades dont personne ne voulait soulager les souffrances. Il allait aussi sur les chemins autour de Rome et d’Ostie, prenant son bâton, et il visitait les hameaux et villages de la campagne latine. Il y rencontrait des paysans pauvres et des esclaves et il leur expliquait la Vérité car il pensait qu’il fallait ouvrir l’esprit et le cœur de tout les hommes pour que l’espèce d’Oane soit sauvée. Les pauvres l’écoutait, et même si ils restaient attachés pour la plupart au paganisme, une petite lueur avait été allumé dans leur cœur.

Cependant, sa foi et ses prêches sans concession ne lui apportèrent pas que des amis. Beaucoup de riches notables, aristotéliciens pour une part, jurèrent sa perte. C’est ainsi que le quatorze février 138, une décurie vint l’arrêter chez lui avec ses parents et ses amis.

Un martyre de la foi

Ensembles, ils furent jugés devant le flamine, le prêtre du culte d’Auguste. Celui-ci leur demanda de renoncer à leur foi et de jurer par Jupiter, le roi de leurs fausses idoles d’or et de marbre. Les amis d’Olcovidius passèrent d’abord, certains jurèrent et furent innocenté, d’autres refusèrent d’abjurer leur sainte foi, et furent condamnés à mort. Ce fut alors au tour d’Olcovidius d’être interrogé. Le flamine, inspiré par la Créature sans Nom, lui dit afin de le provoquer : « Jure, toi qui te dit diacre de ton dieu d’amour comme vous dites, et tu ne mourras pas. Il ne voudrait pas que tu meurs, si il est amour. Et si tu dit vivre en amitié avec ceux là qui viennent d’être jugés et qui sont innocentés, rejoint les et vit plaisamment avec eux, profitant de biens que les dieux nous ont mis à disposition. Sauve toi ! » Olcovidius parut s’affaisser, mais ce ne fut que l’espace d’un instant. Un instant, on aurait pu croire qu’il allait céder à la tentation, mais il se releva plus grand encore.

« Oui, répondit le saint diacre, inspiré par le Très-Haut, certains de mes amis sont sauvés ! Et quel dommage que d’autres aient fait le mauvais choix… Oui, je reconnais avec eux mon erreur… Mon erreur qui fut de ne pas crier encore plus fort à la face du monde :

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés;
En la Vie Eternelle.


En disant cela, son visage s’éclaira comme illuminé de l’intérieur. Ses amis qui avaient trahit leur foi par peur de la mort comprirent ce qu’étaient la vraie mort et reprirent le Credo avec lui. Les soldats les frappaient, mais ils ne se taisaient pas. Ils chantèrent des louanges même lorsque leurs geôliers les raccompagnèrent tous dans leur cachot infâme.

Le matin du 20 février, alors qu’il pleuvait sur Rome, on les emmena aux arènes, et là, ils furent livrés aux lions sauf Olcovidius. Celui-ci du subire la vue de ses parents et de ses amis dévorés et enfin, il fut livré également.

Alors il s’avança au centre de l’arène et, s’agenouillant, se mit à prier, remettant sa vie à Dieu. Les lions tournaient autour de lui, mais ne le touchèrent pas. Se relevant, il cria : « Mon Dieu, Toi le Père des hommes, pardonne à tes enfants et envoie leur la foi ! ». Ce furent les dernières paroles qu’il prononça en cette vie car Dieu ne voulant pas qu’il souffrit, lui donna la mort.
Alors la pluie s’arrêta et le ciel brilla comme en plein mois de juin. Un rayon de soleil éclaira mieux encore la face de celui qui n’avait pas trahit sa foi.

Dans l’arène, alors que une minute avant, la foule criait encore « A mort ! », il eu un merveilleux silence. Et finalement, des chants venus de nulle part retentirent accompagnant l’âme d’un juste vers le Soleil.

Parmi ceux qui virent ce miracles, beaucoup s'interressèrent à la Parole transmise par Aristote et Christos. La communauté des fidèles d'Ostie s'en trouva grandie de nombreux convertis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://abbaye-clermont.forum2jeux.com/index.forum
 
Saint Olcovidius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis de marché - Marseille - crypte de l'abbaye Saint Victor - Lot 3 archéologie du bâti, lot 4 conservation-préventive décor
» Noix de Saint-Jacques à la vanille
» Saint Seiya Resin Statue, Athena Exclamation Attack
» Vivre à Bussy-Saint-Georges
» Vieilles pipes de Saint-Claude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bibliothèque Aristotélicienne Universelle - Royaumes Renaissants :: Bibliothèque religieuse - La biblioteca religiosa :: Livre 3 : Archanges, Apôtres, Saints et Bienheureux-
Sauter vers: