Bibliothèque Aristotélicienne Universelle - Royaumes Renaissants

Site de la Grande Bibliothèque Aristotélicienne - Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RomeRome  

Partagez | 
 

 [OF] Histoire de l'Ordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lapinus de Cardaillac
Stavkanoviste
Stavkanoviste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 630
Paroisse : Le Puy
Profession : Evêque
Poste à la Bibliomélie : Archiviste
Date d'inscription : 22/06/2008

Feuille de personnage
Intelligence:
255/255  (255/255)
Etat du Personnage: Actif

MessageSujet: [OF] Histoire de l'Ordre   Sam 25 Oct 2008 - 18:08

Histoire de l'Ordre Franciscain :

Voici l'histoire de l'ordre franciscain, de ces débuts à ce jour

I) Prologue

Chevalier_St_Georges a écrit:


C'est nostre Saint patron, François de Gênes qui a fondé l'Ordre en l'an de grâce 1208. Sa vie est relatée dans l'Hagiographie de St François, présentement en rédaction par les frères mineurs pour qu'à jamais l'on se souvienne de ce qui fut la vie de ce Saint homme. L'ouvrage que vous tenez entre les mains a pour but de relater l'histoire de l'Ordre des Frères mineurs de ses origines à nos jours, afin que tous les frères qui aujourd'hui fréquentent le couvent se rappellent à jamais que s'il est vrai que l'Ordre passe avant tout, il est aussi vrai que l'Ordre existait avant nous et existera après nous.

Des Origines de l'Ordre :

St François de Gênes a su, toute sa vie durant, entrainer derrière lui des fères, laïcs ou clercs, hommes ou femmes, errudits ou vagabonds, françois, anglois, teutons. Quand survint sa mort, ou plutôt à son accession à la béatitude absolue du paradis, à la boulasse éternelle et à la satisfaction infinie que procure la contemplation du Très Haut; l'Ordre était perdu, dépourvu de guide, les fères ne savaient que faire. Ils tentèrent de continuer de suivre la première règle rédigée par St François, mais cette observance va provoquer l'extinction de l'Ordre.

En effet l'Ordre des mineurs était un ordre de mendiants, le voeu de pauvreté absolu, le refus de toute forme de propriété, va le mener à sa perte. Tout d'abord parce qu'ils jeunaient beaucoup, se contentaient de pain et de maïs, les frères mineurs ne progressaient pas. Il est bien connu que manger des fruits et des légumes apporte du charisme, qualité necessaire pour le prêche, que ceux qui mangent trop peu de viande sont faibles et se font brigander, qu'il faut un minimum d'intelligence pour comprendre le dogme et que c'est le poisson qui en fournit, il n'est donc pas étonnant que l'Ordre ai pâti de ce voeu de pauvreté. S'il avait réussi à s'implanter auparavant c'est grâce à la foi inébranlable et à l'aura extraordinaire de St François, il était le seul à pouvoir appliquer strictement le voeu de pauvreté tout en diffusant si efficacement la foi Aristotélicienne.

Mais c'est également la mendicité qui a fait péréclyter l'Ordre Franciscain après la mort de son guide et fondateur. Les frères mineurs ne vivaient que de l'aumône, et tous les jours ils se rendaient à l'Eglise pour mendier. Cela réduisait inexorablement leur réputation, et plus personne ne voulait leur accorder la confiance. Dépourvus de confiance, d'intelligence, de charisme, de force et de réputation, tous les frères mineurs disparurent et sombrèrent dans l'oubli. Leur observance trop stricte de la règle les avait perdus.

De la renaissance de l'Ordre :

Deux siècles plus tard en l'an de grâce 1450, la France était à feu et à sang, la guerre faisait rage partout, mais les Royaumes étaient sur le point de renaitre, une nouvelle ère allait pouvoir commencer. Un certain Frère Nicolaïde, dit Frère Nico était oblat dans un monastère bénédictin, l'abbaye de Sainte Blanche, c'est là qu'en tant qu'assistant bibliothèquaire il se familiarisa avec le dogme et le savoir en général.

Un jour qu'il errait dans la bibliothèque, il retrouva deux vieux manuscrits très précieux : L'hagiographie de St François de Gênes et les Règles de St François. Il ne le savais pas encore mais la lecture de ces manuscrits allait changer sa vie, et marquer le renouveau de l'Ordre Franciscain. Frère Nico fut tout de suite séduit par ces ouvrages et il senti comme un appel, il avait une mission, une destinée, refonder l'Ordre Franciscain. Cependant, il était au fait de ce qui était arrivé à l'Odre des frères mineurs, car souvent certains bénédictins de l'Abaye de Sainte-Blanche en riaient à gorge déployée dans le réfectoire. Frère Nico y réflechit longtemps, et secrètement dans sa cellule, il travailla des nuits entières, méditant sur la vie de Saint François ainsi que la possibilité de faire renaître l'Ordre Franciscain. Le fruit de ce travail est la Seconde Règle de Saint François (lien vers les règles actuelles), celle que nous suivons aujourd'hui, l'Ordre n'est plus un Ordre mendiant, le voeu de pauvreté a fait place à celui de charité, l'imitation de totale de Christos n'est plus la base de l'Ordre dont les nouvelles règles ont été très influencées par les convictions théologiques de Frère Nico, plus porté sur la raison que la foi.

Ce travail achevé Frère Nico quitta l'abbaye de Sainte Blanche, il avait été appellé par l'Evêque de Sens pour diffuser la religion Aristotélicienne dans les Royaumes qui venaient de renaître. A cette époque Levan, premier du nom, n'était que Comte d'Artois. C'était une époque sombre, une époque où le Royaume de France était en lambeau, et où toutes les régions que nous connaissons aujourd'hui étaient en proie à un chaos sans nom. Frère Nico s'installa à Sainte Ménéhould. C'est dans ce village qu'il fonda le premier prieuré Franciscain. Il y rencontra Minon septième du nom, qui fut l'un des tout premier frère à rejoindre Frère Nico pour vivre conformément à la seconde règle de St François. L’Ordre était la première guilde non professionnelle créée dans les Royaumes Renaissants et, qui plus est, une guilde religieuse. L'Ordre attira bien vite d'illustres personalités, comme Biquette qui deviendra par la suite Grand Maistre de France puis Prince de Condé, ou encore Breizh qui occupera le poste de secretaire de la Curie.

A cette époque les Franciscains préchaient uniquement en taverne puisque les Gargottes et les halles qui avaient été ravagées par l'envahisseur Anglois, n'avait pas encore été reconstruites. L'Ordre prospérait, s'étendait, et diffusait la parole d'Aristote et de Christos, ainsi que la seconde règle de St François. Cependant l'Ordre fut marqué par un coup dur, le départ de Minon7, doyen de l'Ordre, vers un monastère en Scandinavie. Ce faisant il répondait également aux valeurs de St François, en allant défendre la religion Aristotélicienne en ces terres ou règnent l'animisme et le polythéïsme païen. Nous sommes à ce jour sans nouvelles de lui.

Mais ce départ fut compensé par l'arrivée de nombreux frère tel Jarkov, Prothas, et Marleauvergne. Aidé de certains francisains, en particulier Marleauvergne, Frère Nico fonda l'université du Royaume dont il devint le doyen, répondant ainsi à une valeur fondamentale pour l'Ordre : la diffusion du savoir. L'Université de Sciences Politiques porte aujourd'hui encore le nom de Marleauvergne, dont les ouvrages resteront a jamais dans les mémoire et ont servi bon nombre d'hommes de pouvoirs. L'Ordre Franciscain était et est encore aujourd'hui un Ordre qui accueille bon nombre d'intellectuels, portés aussi bien sur la théologie que sur l'histoire, le droit ou les sciences politiques.

II) De la création du forum à la réforme de l'ordre

Voici un manuscrit écrit de la main du Grand Frère, Doyen de l'Ordre pendant toutes ces années, Père Fondateur du Renouveau Franciscain dans les Royaumes Rennaissants:


FrèreNico a écrit:


La mémoire me fait terriblement défaut, mais je tiens à périnniser mon oeuvre dont je suis si fier. Le couvent se mit donc ainsi en place. Le premier évènement significatif fût la conversion du fidèle Jarkov devenant frère Jarkov. Frère Jarkov fût et est encore le plus actif des frères, son dynanisme et sa verve singulière (qui fait en rire plus d'un) en fait un membre extèmement précieux pour l'ordre. L'ordre pouvait enfin parlait dans leur couvent nouvellement construit (forum) traitant de diverses questions mais aussi des affaires du siècle. Des frères nous quittèrent trop rapidement de mort violente (frère Atlantik, retrouvé mort au pied du chateau du duc, les autorités en ont conclus à un suicide, que Dieu l'ait en sa miséricorde) ou de la belle mort (frère Valim, mort dans son lit). Dans le même temps la LYS prit un envol considérable toujours avec le célèbre Charles Maurice de T. mais comptant désormais avec Goël. Les guildes continuaient à jouer un rôle important au sein des royaumes, de nombreuses guildes d'ailleurs se mettent vite en place, politiques (MUC), artistique (confrérie des troubadours), militaire (la garde Suisse) ou religieuse (les Bénédictins). Pour notre plus grand bonheur, l'ordre Bénédictin fût fondé. Enfin un ordre concurrent nous permettant de nous motiver et de débattre. Hélas ! Malgré de bons débuts, leur motivations diminua bien vite à notre grand damne. Il n'en reste malheuresement presque plus rien aujourd'hui. Des questions importantes se soulevèrent sur le liens entre la politique et l'ordre, mais aussi sur le statut de notre ordre. Ces questions furent régler après d'entrainantes discussions. Voulue depuis longtemps une alliance politique fût formée entre la LYS et l'ordre, et cette alliance eu un nom : la Fraterie d'Aide aux Yndigents. Son but étant de créer un parti avec nos idées convergentes, à sa tête Jarkov, CMdT, Goël et moi. Mais Dieu n'en voulut pas ainsi, la formation eu énormément de mal à se créer, puis plus tard à se lancer. A vrai dire, le lancement massif ne fût jamais décidé, par manque de volonté peut être, cette organisation fût un échec et est maintenant réduite à néant. cet échec allait de pair avec la baisse progressive d'influence des guildes au profit du pouvoir des régions qui s'affirmaient de plus en plus. Les provinces ayant des pouvoirs réels, leur actions étaient nettement plus concrètes que les guildes qui n'avaient maintenant qu'une influence idéologique. La situation s'accroissant clairement avec la scission de la Normandie avec l'Artois qui connut des troubles jamais vus auparavant. Les conseils du comté prirent un pouvoir énorme. Cependant l'Université continuait à attirer les foules étant à l'écart des problèmes politiques. Les chevaliers Licornes, eux, après quelques difficultés internes et des questions existentielles restèrent toujours aussi motivés et nombreux avec sans cesse de nouveaux joueurs. La situation nécessitait une profonde réforme pour l'ordre Franciscain qui commençait vraiment à perdre de l'influence et à stagner. Même si de nouveaux frères (frère Rabelais, frère norv, frère Orym) et de nouveaux fidèles (Pandorim venu des bénédictins, et mon amie mysouris) entraient dans l'ordre. La réforme fût profonde et complète en essayant de s'adapter aux évolutions mais permettant aussi un accès à tous. En ce jour du 13 Mars 1451, l'Histoire continu, des troubles vont apparaître avec la rupture entre la Bourgogne et la Champagne, sans parler de la guerre qui approche à grands coups de tambours.


III) Nouvelle réforme: L'Ecriture Sainte des Franciscains

Puis, avec le développement de l'Eglise et l'afflux de nouveaux membres, une nouvelle réforme se mit en place. Tel est de nos jours son visage.


FrèreNico a écrit:


Présentation de l'ordre

Peuple des Royaumes, sais tu que l'Ordre Franciscain est la guilde la plus ancienne du royaume ?
L'histoire de la guilde est ancienne, fondé par frèreNico en l'an de grâce 1450 du mois de Septembre. FrèreNico depuis ce temps s'occupe des règles de l'ordre, de l'organisation du couvent (forum) franciscain et des entrées des nouveaux membres dans l'ordre.

I) Les 6 piliers de l'ordre Franciscain

Le pilier de la charité

Lors de sa création, la tâche principale de l'ordre était d'apporter aide et réconfort auprès des vagabonds et des démunis, ainsi, divers actions ont été mené envers les délaissés. Les Franciscains sont des âmes charitables aidant les pauvres, les lépreux et autres exclus. Nous donnons des conseils et apportons notre aide à tous.

Le pilier de la foi

Cette ordre est bien sur religieux, en conséquence nous menons une mission d'évangélisation, les Franciscains étant des prêcheurs par excellence. Avant tout pour convertir le peuple aux idées franciscaines, vantant la bonté et la magnanimité des membres. Mais aussi pour les valeurs de l'Eglise chrétienne en générale, essayant de rassembler tous les futurs écclésiastiques pour être opérationnel au moment venu. Il est vrai, les métiers écclésiastiques arrivent sous peu dans les Royaumes Rennaissants, l'Ordre propose ainsi de tous les rassembler sous une même enseigne.

Le pilier du savoir

La raison et la recherche de vérité est un dogme de notre ordre. Le savoir est donc très prisé. L'Université ainsi que la bibliothèque sont la concrétisation de ce savoir.Les frères essayent au maximum d'être informé des évènements du monde extérieur. Pour ne pas sombrer dans l'ignorance. De plus, nous soutenons l'Historicité du jeu et évitons les éventuelles dérives vers des éléments non-historiques ou fantasiques, l'inquisition sera invoquée contre les hérésies.

Le pilier de la fraternité

Les Franciscains essayent d'être très impliqués, courtois et fraternels entre eux. La sagesse et la modération sont recherchés. Nous nous tenons en bonnes relations avec les autres guildes, essayant d'avoir des liens cordiaux. Des guildes vénérables tel la LYS ou les patriciens nous inspirent un profond respect. De plus, nous essayons de nous faire représenter partout ou nous le pouvons (De l'agora Champenoise au royaume d'Angleterre)

Le pilier spirituel

Les frères essayent d'animer la vie religieuse des citoyens pour apporter un peu de spiritualité dans ce bas monde.
Du fait le RP est un des élément essentiel pour les Franciscains, essayant d'être actifs auprès des villageois mais aussi des élites provocant ainsi que des débats théologiques et idéologiques enflammés.

Le pilier Temporel

Les Franciscains sont bien sur engagés dans le siècle, tant dans les affaires économiques que politiques. Le travail manuel est une nécessité pour les membres de notre ordre, il est une volonté de Saint François lui même.
Pour les hautes sphères politiques, le cas est plus complexe :
L'ordre essaye d'être représenté dans le maximum de listes éléctorales, toutes les candidatures sont donc acceptées et mêmes encouragées. Et plus qu'un poste important, nous cherchons plutôt un poste de conseiller ou de représentant de l'Ordre.
L'ordre franciscain reste cependant au dessus de toutes listes et partis politique. Gardons une cohésion puissante et efficace.


II) Le Statut de l'ordre


L'ordre franciscain est un ordre religieux et ne s'inscrit pas dans un milieu professionel particulier.
Les frères franciscains suivent une règle bien précise et vivent en comunauté. Nous sommes donc un ordre avant tout régulier vivant dans un couvent. Nous ne sommes néanmoins en aucun cas fermé au monde extérieur.
Certains possèdent le sacerdoce (ils sont prêtre, donc clerc séculier). Les deux fonctions pour les franciscains ne sont pas incompatibles, bien au contraire.
Ceux qui le souhaitent peuvent donc être prêtre en attendant les nouvelles fonctions du jeu (pour la terminologie, je rappele que le curé est le prêtre responsable d'une paroisse)


Beatus, qui prodest, quibus potest
(Heureux qui vient se rendre utile à ceux qu'il peut aider )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[OF] Histoire de l'Ordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Son Dernier Ordre par Abnett (5/5)
» Nouvelle Ordre Mondial => C'est quoi cette histoire ?
» Médailles MONACO ORDRE de SAINT CHARLES
» [FIX] SMSTimestampFixer ( bug ordre sms )
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bibliothèque Aristotélicienne Universelle - Royaumes Renaissants :: Bibliothèque religieuse - La biblioteca religiosa :: Ordre Franciscain-
Sauter vers: